Sr Claire par sa présence en habit religieux va éveiller une autre soif…

Un soir, accompagnant des amis pour prendre un verre dans un petit bistro, je croise à l’entrée trois femmes. L’une m’accoste, interpellée par l’habit religieux. Elle me prend par la main et me demande de rester auprès d’elle. Elle est assez amochée, voulant oublier la souffrance d’un père qui la bat et la met à la porte. La deuxième, Brigitte, console son amie avec une grande compassion. Elle m’accueille simplement et m’associe à leur échange. La troisième, Françoise, est très distante. Elle m’avouera par la suite qu’elle a souffert dans son chemin de foi et qu’aujourd’hui elle ne croit plus. Ses paroles sont très provocantes au début, déroutée par ma présence silencieuse. En même temps Larissa, ivre,  me confie ses soucis : « J’ai besoin de paix, uniquement de paix, Sr Claire, aide-moi« . Puis ne voulant pas me retenir plus, Brigitte m’invite à aller rejoindre mes amis. A la fin de la soirée, quittant le bar, j’aperçois Françoise me rattrapant dans la rue pour me serrer la main : « Merci » me dit-elle.