Je voudrais vous raconter un autre épisode de notre vie communautaire. Pour cela, vous devez savoir que dans chaque communauté Points-Cœur, un des membres est choisi pour être « le veilleur ». Sa fonction est plus spirituelle que temporelle : il est comme l’ange gardien de la communauté, il prie pour la communauté et pour chacun de ses membres, et donne le cap. Il veille à l’unité et à l’harmonie du groupe. Il fait le lien avec les responsables de l’association et en particulier avec le « visiteur ». C’est-à-dire un responsable externe chargé de rendre visite régulièrement à notre Point-Cœur et de s’assurer que tout se passe bien dans notre communauté. Au Chili, le visiteur est Vincent, un séminariste vivant à Santiago.

A mon arrivée c’était Hortense la veilleuse. En décembre Agnieszka ou plutôt Inès, selon son nom version espagnole, a été choisie pour prendre la relève. Je vous parle de cet événement car je trouve belle cette fonction, et que la passation me semble bien révéler le sens de cette charge, et le sens du « chef » dans la vie chrétienne. Lorsque Vincent a proposé à Inès si elle acceptait de devenir veilleuse, elle lui a répondu qu’elle avait peur de le faire, mais qu’elle acceptait car chaque fois qu’elle répondait oui à Dieu, l’avenir se révèle être positif pour elle. Fiat, qu’il en soit ainsi. Une fois cette décision prise et transmise à la communauté, il y a eu un geste qui marqua la transition : le lavement des pieds. Le soir après les complies, nous sommes restés dans la chapelle. Inès, assistée par Vincent sont sortis un instant et sont revenus avec de l’eau chaude, une bassine et un linge. Devant chacun d’entre nous, ils se sont mis à genoux, et nous ont lavé les pieds. Nos deux responsables, le visiteur et la veilleuse, à genoux pour servir. Le chef est serviteur. Comme cela me semble beau.

Louis — Chili