A 18h, direction la chapelle avec Delip pour notre heure d’adoration. A 19h la chapelle se remplit pour la messe animée par les beaux chants d’Aymeric. A 20h, retour au dinning pour le dîner. Un peu écourté pour regarder un film tous ensemble : aujourd’hui un film qui raconte la vie de Ste Maria Goretti que j’ai choisi car c’était sa fête en début de semaine. Tous sont touchés par le visage de cette petite sainte pleine de vie et au cœur très pur qui doit subir la violence environnante jusqu’à en mourir. Ses derniers mots furent pour pardonner à son meurtrier. Elle avait douze ans.

La soirée s’achève. On emmène Delip dans sa chambre. A peine est-il dans sa position préférée, tourné sur le côté droit, le bras un peu surélevé par un tissu fixé aux barreaux du lit, qu’il ferme les yeux et commence à s’endormir. Le matelas rempli d’air est confortable, il est sous le ventilateur… il devrait bien dormir au moins pour quelques heures : il appellera pour changer de position, sans doute vers minuit ou 1h. Avant qu’il s’endorme complètement nous disons une courte prière. Il aime se remémorer quelques visages et les confier à Dieu avant de dormir. Puis je le bénis. Cette nuit je m’occupe de lui donc je dors dans la chambre voisine avec la porte ouverte… c’est parfois dur de se lever au milieu de la nuit. Pas facile de ne pas s’en prendre à ce pauvre Delip qui n’y peut pas grand-chose de ne pas arriver à trouver la bonne position pour trouver le sommeil et qui n’a pas d’autre solution que d’appeler avec des cris qui se transforment vite en sanglots sonores.

Parfois, après m’être levé pour le changer de position, je m’assieds un instant sous la véranda et regarde la nuit qui enveloppe notre jardin. Tout est paisible. Une brise légère caresse les grands eucalyptus de la forêt derrière le dinning. Tout est silence. On entend juste le ronronnement des ventilateurs. Dans ce silence de la nuit, tout dort mais on perçoit une irrésistible présence. Dieu veille. Il veille sur chacun de ceux qu’il a réunis ici. Il veille sur nos journées qu’Il désire habiter de sa Sainte Présence.

P. Peter — Inde