Le 4 janvier 2015, notre Point-Cœur s’agrandit : à Cuba vient de naitre la Fraternité Saint-Maximilien-Kolbe à travers l’engagement de Flavia et Noslen. Cette fraternité est composée de personnes qui veulent vivre du charisme de Points-Cœur non à travers une mission à l’étranger, mais dans leur vie de tous les jours : au travail, dans la famille… Noslen et Flavia sont les premiers membres à s’engager pour trois ans (renouvelables). C’est pour nous tous une grande joie : tout d’abord le fruit d’une rencontre, d’une amitié et surtout venant d’un désir de vivre et de propager un peu plus ce regard de compassion sur notre belle terre cubaine. J’aimerais vous parler un peu plus du parcours de Noslen. Noslen est Cubain, il a trente ans. Il vit seul avec son frère de seize ans, dont il s’occupe de l’éducation depuis qu’il est petit. Après de nombreux emplois, aujourd’hui il travaille de nuit pour surveiller un restaurant. Avant sa rencontre avec Points-Cœur, on me le décrivait comme timide et introverti, aujourd’hui il est assuré et ouvert, tout en gardant cette humilité que j’admire tant. Tout a commencé par une amitié avec un ancien membre de Points-Cœur, qui l’amena petit à petit à venir régulièrement dans notre maison. Très rapidement, il fut touché par le charisme et au-delà d’une joie et paix qu’il ressentait en venant au Point-Cœur, il sentait qu’il y avait là quelque chose ou plutôt Quelqu’un qui l’y attendait. Comme il le décrit dans son témoignage : « Tout commença avec une amitié, une amitié qui a grandi et qui à la fois a réveillé quelque chose en moi que je ne connaissais pas, je sentais que je pouvais rencontrer Jésus ici. »

Noslen a commencé à venir tous les samedis après-midi avec les membres de Points-Cœur à jouer au football avec les enfants dans la rue. Il est à chaque fois très attendu et reconnu par les jeunes qui l’appellent « prof ». Sans s’en rendre compte, il est un modèle pour eux, qui pour beaucoup ont peu de repères éducatifs. Il vient avec nous un mardi sur deux dans le centre pour personnes polyhandicapées et tous les mercredis, il visite les personnes de notre quartier avec nous. Comme il le dit, à Points-Cœur, il a rencontré Jésus, non seulement à la messe dominicale mais aussi à travers le visage de toutes les personnes qu’il rencontre et soutient. Il est pleinement présent dans notre vie de Points-Cœur qui est un peu sa deuxième maison. C’est aussi un sacré soutien pour nous étrangères, d’avoir son regard « cubain » sur les situations et personnes que nous rencontrons. J’aimerais citer ses propres mots : « Père Thomas (le responsable du Point-Cœur de Cuba) m’a demandé si je regrettais d’avoir fait cet engagement ; ma réponse est NON. Comment est-ce que je peux regretter de m’être fait de si grands amis, d’être un simple morceau de pain dans un monde qui meurt de faim ? Comment regretter d’avoir tant appris, comment regretter de rencontrer Jésus de toute part où je vois la douleur ? Comment regretter un charisme où je sens qu’il me manque beaucoup à apprendre ? (…) Dans ces moments-là, si mon engagement se terminait, je le renouvellerais, et je le revivrais avec plus de force. Je remercie Dieu pour toutes ces rencontres. J’espère qu’un jour la Fraternité grandira pour que nous soyons plus de pains et qu’il y ait moins de faim dans le monde. »

Marie – Cuba