Je m’appelle A.L., suis marié et père de deux enfants. Nous habitons en Savoie depuis 6 mois après avoir vécu 5 ans en Colombie.

            Je suis parti mission en Inde avec Point-Coeur après l’obtention d’un master, en 2007. Je suis arrivé au Jardin de la Miséricorde près de Madras, jardin/ferme d’accueil et de vie en communauté. Après neuf mois, j’ai été envoyé à Madras, dans une maison avec deux volontaires, pour neuf autres mois.

            Ce temps de ma vie fut spécial à plus d’un titre. Ce fut l’occasion d’expérimenter une vie de prière intense, à laquelle j’aspirais ardemment à l’époque. J’ai beaucoup aimé avoir une journée rythmée par les prières et, maintenant que je suis marié et père de famille, suis heureux d’avoir vécu. Ce fut une occasion d’avoir une relation personnelle avec Dieu unique. Cette prière intense était nécessaire pour se reposer et se ressourcer afin de vivre bien la mission. Etre présent pour les amis n’est pas forcément aisé sur le long terme, mais tant de gens souffrent seul, affrontent la solitude qu’il faut pouvoir être à l’écoute en permanence. Comprendre le poids de cette solitude dans la vie des gens, qu’elle provienne d’une méconnaissance de Dieu ou d’un isolement social, me frappe encore aujourd’hui. Nous essayions donc de visiter tout les amis au mieux de leur besoin, et cherchions par quels moyens les aider quand il le fallait. Ce pouvait être en accompagnant à une visite à l’hôpital, en mettant en contact avec des organismes caritatifs ou en faisant une promenade. Presque tout le temps, nous étions en groupe, en communauté. Cette vie communautaire implique beaucoup de choses dont le pardon au quotidien. C’est une nécessité. Cette valeur du pardon est une chose que j’ai encore en moi aujourd’hui. La vie en communauté est un apprentissage poussé de l’amitié, dans ses difficultés et ses joies. Et puis, j’ai ainsi rencontré celle qui allait devenir mon épouse.

            Aujourd’hui, soit 9 ans après, je suis joyeusement marié et père de deux enfants. J’ai gardé contact avec des amis rencontrés pendant la mission. Certains font encore partie de Point-Coeur d’une manière ou d’une autre, certains n’ont plus de contact et certains fréquentent Point-Coeur à l’occasion. Toujours est-il que c’est avec un plaisir certain que je les revoie tous.

 A.L.