Mon attachement à cette association ne date pas d’hier. En effet, je l’ai tout d’abord rencontrée par l’intermédiaire de Samuel Schupbach (animateur pastoral) et Séphanie Walpen – Gay Crosier ( animatrice pastorale). Il y a de cela presque 20 ans, nous avions lancé une opération de récolte de crayons qui ont été ensuite distribué aux enfants qui cotoyaient une des quelques maisons qui existaient à l’époque. Samuel et Stéphanie ont tout deux été volontaires et nous ont ramené un magnifique témoignage à leur retour. Ce temps passé en mission auprès des plus pauvres a changé leur vie et à travers eux. Tout ce qu’ils ont reçus durant ce temps de service, il le redonne encore aux autres aujourd’hui.

Par la suite, mon chemin a croisé celui d’Alexandre Morard, Andrée Sierro, Joséphine Roduite, Cyril Rabeisen, Sœur Blandine, Sylvie Müller, le Père Guillaume (cette liste n’est pas exhaustive). Chacune des personnes citées ci-dessus m’ont parlé de leur expérience et de leur vie avec Points Cœur. Tous ils ont cheminés dans leur foi, approfondi leur croyance, expérimenté au plus profond d’eux-mêmes le pouvoir de la prière et la force de la solidarité communautaire.

Ce que j’ai toujours admiré dans leur engagement, c’est cette culture de compassion, cette mission de rejoindre chacun là où il est non pas pour le convertir mais pour l’aider dans sa souffrance. Points Cœur représente pour moi un nombre inimaginable de sourires retrouvés, d’existences transformées, de joies partagées. L’absence d’aide matériel est aussi de mon point de vue quelque chose de très important. En effet , la relation qui se crée entre les autochtones et les volontaires, ne se basent pas sur une dépense matérielle qui ne mène nulle part mais sur un lien d’amitié et de confiance qui se crée avec le temps.

J’ai toujours eu du plaisir à lire les lettres aux parrains ou les différents textes publiés sur les différents sites internet. Ces récits montrent à quel point le travail de cette œuvre est important. Ils nous font voyagés, il nous permettent d’ouvrir notre prière.

Tout ces liens d’amitié et d’affection développés à travers Points Cœur n’ont cessé de croître au fil des années.

Ces maisons de Points Cœur disséminées de par le monde sont des puits d’Amour et de Lumière. Chacun y est accueilli comme il est et dans le respect de ses valeurs, pensées, croyances, classe sociale etc. Saint Jean-Paul II a dit «  Non abbiate paura, apprite le porte a Cristo, anzi spalancatele ! » N’y-a-t-il porte plus grande ouverte que celles des cœurs des membres, volontaires, amis et serviteurs de Points Cœur. Qui ne s’est pas senti aimé et écouté auprès d’eux au nom de Christ Ressuscité.

Si je n’avais pas été autant attachée à ma famille et à mon petit confort, j’aurais moi aussi suivi le chemin de Points Cœur car j’ai vu le bien qu’il est possible de retirer de cette expérience. Les 3 jours passés dans le Points-Cœur du Bronx, il y a quelques années, resteront à jamais gravés dans mon cœur et ont été marquant dans mon chemin de foi. En effet, durant ce séjour, j’ai pu goûter au charisme de Points Cœur, vivre au rythme de la prière et du service. J’ai aussi pu apprécié cette nouvelle facette qui a été développée et qui a permis de rejoindre les être non plus les plus pauvres matériellement mais ceux qui malgré leur statut social, malgré leur réussite professionnelle, personnelle et familiale, éprouvent un vide immense que les amis de Points Cœur savent combler.

Je garde en mémoire cette messe célébrée dans un hôpital qui accueillent des personnes atteintes du SIDA , souvent rejetée par leur entourage. J’ai vu dans le regard de ces personnes toute la valorisation ressentie par notre présence. La visite régulière des amis dans cette hôpital, permet à ces malades de se sentir vivre et exister car ils sont à nouveau important aux yeux de quelqu’un.

J’ai découvert les bienfaits et le témoignage apporté par la récitation du chapelet en pleine rue. J’ai vu et apprécié le fait que l’habit de Sœur Blandine et nos croix amenait au partage et aux dialogues avec les habitants de ce quartier. Avant cette visite, le Bronx était pour moi un quartier qui faisait peur, un quartier dangereux, Points Cœur m’a permis de le découvrir sous un nouveau jour.

Je n’oublie pas tout ces moments de joie et d’échange, la pizza gigantesque, le jardin au cœur de la maison. Cette maison de Points Cœur à l’image des autres est un oasis de Paix.

J’admire et je respecte grandement tout ceux qui font le choix d’être missionnaires de Points-Cœur. Ces jeunes et moins jeunes acceptent pour un temps ou pour toute leur vie de s’oublier pour laisser une place entière aux Christ et se mettre au service du Christ.

Personne ne s’est jamais vanté d’avoir sauvé qui que ce soit , mais par contre chacun a pu dire combien il a aimé, entouré, accompagné, réconforté tel ou tel personne.

L’association Points Cœur signifie : simplicité, charité, fraternité, don de soi, compassion, ouverture d’esprit et surtout adaptation. Points Cœurs a su s’adapter à l’évolution de notre société et s’est diversifié pour répondre au mieux aux besoins de chaque individu.

 

J’ai été touchée lors de l’ouverture du Points Cœur à Genève, la Suisse devenait enfin elle aussi terre d’accueil. Nous étions plusieurs à souhaiter l’ouverture d’une maison Points-Cœur dans notre paroisse lorsque la cure s’est libérée. Malheureusement, notre diocèse n’a pas cru en ce projet.

 

 

Pour tout cela je rend grâce et remercie l’Esprit Saint d’avoir soufflé l’idée de cette association à son fondateur. Je remercie aussi tous les mécènes et les donateurs qui par leur geste donne à l’association la possibilité de continuer à œuvrer. Je confie à Jésus par Marie l’avenir de tout ces petits bout de Ciel sur terre.

 

S.P,

ancienne membre de l’équipe Vocations du Valais  » »